L’arrivée à Rangoon et le lac Insle

Le départ et l’arrivée à Rangoon 

Qu’il est long ce trajet … 18h avec une escale à Dubaï. Quand nous sommes partis de Paris, il neigeait. Arrivée à Rangoon il fait 30 degrés, humide et … On adore !!!

Premier stop pour échanger  de la monnaie (pas plus de 300 euros par personne ) et nous voilà partis en taxi jusqu’à notre hôtel.

Ceci n’étant pas notre premier voyage en Asie nous avions pris la décision de nous éloigner rapidement des grandes villes. Nous avons passé la soirée et la matinée suivante à Rangoon. Nous avons volontairement pris l’hôtel près de la grande pagode Shwadagon car nous n’aurions pas vraiment le temps de visiter autre chose. 

Rangoon est l’ancienne capitale du pays. Vous avez peut être entendu parler du changement de capitale dans les médias en 2006. La nouvelle capitale Naypyidaw a été construite en peu de temps en 2005 par l’armée birmane. C’est une ville gigantesque, avec des artères pouvant accueillir une vingtaine de voies mais qui demeure vide. Rangoon est le centre économique de la Birmanie. Elle est divisée entre son renouveau, son histoire de grande puissance (comme en témoigne les magnifiques bâtiments religieux) et d’ancienne colonie anglaise.

Rangoon s’avère être relativement calme comparée aux autres villes asiatiques que nous avons visitées. Nous nous sommes baladés à pied pour faire le tour de la pagode et trouver un restaurant. Rangoon est une ville où il est facile de tout trouver pour manger : du restaurant de rue au restaurant chic d’hôtel très occidental. Pour une première visite en Asie, c’est un bon point de chute. Nous n’avons pas été trop interpellés ou suivis comme dans d’autres villes asiatiques. 

Nous avons été sous le charme de la pagode de nuit. C’est très vivant et familiale.

En journée, nous avons passé au moins 2h à l’intérieur juste pour admirer le lieu mais aussi profiter de sa tranquillité et … nous faire de nouveau amis. Il est tres fréquent en Birmanie que des gens demandent à vous prendre en photo. Du coup on en a profité pour nous aussi avoir quelques clichés souvenirs !

Les pagodes sont de véritables lieux de vie. Il y a l’aspect religieux bien évidemment, mais aussi de rencontres familiales ou de moments de convivialités. Les gens viennent y pique-niquer par exemple. 

La visite de Rangoon fut courte et s’arrêtera à la pagode 🙂

Nous voilà déjà partis en direction du lac Insle ! 

Le lac Insle 🙂 

De Rangoon au Lac Insle ça a été une petite aventure. Nous n’avions absolument pas compris que notre hôtel allait être … sur le lac (on aurait pu y penser vous nous direz ^^).

Du coup nous voila partis pour 1h30 de vol interne, 2h de taxi et 1h de pirogue (de nuit !!!)

Le lac Insle est le deuxième plus grand lac du pays. Il mesure 20 km de long sur 10 de large. Il est reconnu « Réserve de Biosphère » par l’Unesco. Vous y apercevrez de nombreuses espèces d’oiseaux (grues, ibis et même cigognes !) Les différents villages sont construits sur pilotis. Les marchés, les temples, les habitations sont tous juchés au dessus de l’eau. On ne s’y déplace qu’en pirogue. Même le système agricole est sur pilotis. Ils utilisent des jardins flottants pour cultiver fruits et légumes. C’est super joli !

C’est aussi un environnement fragile. L’augmentation du tourisme ces dernières années, a transformé le mode de navigation traditionnel pour le remplacer par des pirogues à moteur. Les complexes hôteliers ont été construits à tour de bras. Vous le comprendrez facilement si vous dormez sur le lac. 

Au matin, nous avons réservé un tour en pirogue avec notre hôtel . Balade de 5h environ, ou nous passons de village en village, à la découverte de monuments ou d’artisans.

Ne vous embêtez pas trop avec les réservations d’excursions. Vos hôtels pourront souvent vous les organiser. C’est souvent un peu plus cher si vous logez sur le lac. La pirogue sera obligatoire 🙂 Il n’y a pas beaucoup d’endroits ou se balader sur la terre ferme !

Vous avez deux options concernant le logement sur le lac : soit de dormir dans des maison à pilotis sur le lac, soit de dormir sur le bord du lac dans la ville de Nyaung Shwe. La première option est plus onéreuse mais vaut vraiment le coup. Le seul bémol que vous rencontrerez sera le bruit des bateaux motorisés … 

Notre premier arrêt avec la pirogue sera le marché couvert de In Dein.

Avant de partir, pensez a bien définir votre itinéraire avec votre guide. S’il ne parle pas anglais, faites appel à votre hôtel pour être sur de bien vous comprendre. Le risque autrement est de vous faire « balader » dans les attrapes touristes. Expliquez bien que vous souhaitez voir des artisans mais que vous déciderez par vous même d’où vous souhaitez vous arrêter. 

Le marché couvert de In Dein, vaut vraiment le coup d’oeil. Il est un peu excentré mais présente une architecture original. C’est un long tunnel de 600m de ferraille (attention il y fait chauuuud), remplit de petites gargotes présentants des objets traditionnels ou non 🙂 

Derrière le tunnel, glissez une tête, et perdez vous dans les 1 000 stupas. on se croit un peu dans un Indiana Jones miniature.

Le deuxième arrêt fut au NGA PHE CHAUNG Monastery. Il est aussi connu comme le temple aux chats. Magnifique bâtisse en bois, recouverte de filament d’or, on y trouve un endroit apaisant et hors du temps. Il faut absolument passer un tête sur la terrasse du fond. Très joli jardin aquatique, rempli de lotus.

Nous avons ensuite demandé à notre guide de nous amener voir les jardins flottants de Kela.

Les habitants du lac Insle ont développé une technique d’agriculture sur l’eau. Ils font pousser de tout, tomates, aromates, etc …Les plantes ont directement les racines dans l’eau. Concernant les jardiniers, ils naviguent entre les plantations sur des pirogues. Très impressionnant.

Le lendemain, nous avons voulu partir vers Sankar Lac, qui est à 2h de pirogue de notre hôtel.

Pas de chance pour nous, l’accès entre le Lac Insle et le Lac Sankar est envahit de plantes aquatiques. Impossible de passer !

Mais honnêtement rien que le chemin pour aller jusque là valait le détour ! Une fois sortis des sentiers touristiques, nous rentrons dans des villages plus éloignés et pouvons appréhender la vie des habitants du lac. Nous y découvrons des moments du quotidien, lessive, pêche, pirogues d’enfants allants à l’école, temples remplis … C’est peut être le moment que j’ai préféré sur le lac.

J’ai été impressionnée par la taille et la beauté des maisons que nous voyions et de l’activité qu’il y avait dans les villages.

Profitant de s’être un peu écartés de la zone touristique nous nous sommes arrêtés chez des artisans et dans des villages à l’écart des grands axes.

Le premier arrêt était chez des artisans potiers. Elle nous a montré comment elle procédait, puis m’a proposé d’essayer. Ça a finit par un objet qui devait approximativement s’apparenter à un cendrier mais avec un trou à l’intérieur ^^

Sur le lac, mais plus généralement en Birmanie, les maisons sont décorées avec énormément de plantes. Les pots sont tous en terre cuite, souvent peints en vert mais pas jusqu’au bout. J’ai adoré le style.

Nous sommes tous repartis avec un petit quelque chose. Et vu l’air heureux de la dame … Je pense qu’on s’est fait un peu avoir sur le prix 🙂 C’est le jeu ^^

Nous sommes revenus plus près du centre et nous sommes arrêtés chez des tisserands. Tisserands un peu particulier car, sur le lac, la spécificité est de tisser le lotus.

Le lotus est septs fois plus cher que la soie. Personnellement, je n’ai pas trop aimé le rendu final et le prix ^^ mais la balade entre les tables de tissages et de voir comment était extrait le fil de lotus m’a vraiment plu ! Certaines pièces en coton ou en soie étaient vraiment sublimes.

Nous ne pensions pas voir autant d’artisanat ici, et si diversifié. Autant vous dire qu’on a fait marcher le commerce local 🙂

Quand je pars, j’essaye toujours d’avoir une démarche équitable et local dans l’achat des souvenirs. En Birmanie c’était simple de trouver des produits artisanaux. Ce n’est pas toujours le cas dans d’autres pays.

Pour notre dernier jour sur le lac, nous avons décidé de visiter un marché qui se trouve près de la pagode Hpaung Daw U. Je n’ai pas trouvé la pagode très intéressante contrairement au marché 🙂

Sortez un peu de la partie touristique du marché et perdez vous dans les rues. Ici nous avons pu voir des femmes vendre leurs produits, avec sur la tête les bandeaux traditionnels de couleurs, trouver des tissus locaux de toutes les couleurs et voir aussi comment était vendu le poisson et la viande (bon ça ne donne pas très envie ^^).

Nous sommes ensuite allés non loin, chez des forgerons. Ils sont une dizaine a être repartis dans le même quartier. A notre arrivée, on entendait de loin les coups de marteaux sur le fer.

Tout est fait à la main et à la force de l’homme. Nous avons vu, certaines fois, 5 hommes travailler sur le même objet pour battre le fer chacun leur tour et en cadence. C’est une vraie épreuve de force. Les hommes sont d’ailleurs sacrément musclés !

On ne pouvait partir sans voir une fabrique de cigares et cigarettes birmans. De façon générale, les birmans fument beaucoup ou chiquent … Un truc rouge, assez immonde qui leur rends les dents orange … c’est pas hyper sexy.

Toutes les cigarettes sont fabriquées à la main. Elles sont très souvent parfumées : anis, banane … Et leurs cirages également. ils sont étonnamment doux à fumer.

Nous avons pu en essayer quelques uns lors de notre visite.

Le dernier arrêt fut chez les fabricants de pirogues. Elles sont faites à la main et ensuite motorisées ou non.

Pou info une pirogue c’est 2 500 euros sans moteur ^^

Et maintenant on repart ! Retour dans la ville de Nyaungshwe pour trouver un taxi capable de nous amener jusqu’à Kalaw !

Sur la route nous avons pu croiser de nombreux pêcheurs. La technique de pêche traditionnelle est l’image la plus connue du Lac Insle. Les pêcheurs se tiennent avec une jambe en l’air qui leur sert à manoeuvrer le bateau avec la pagaie et ils utilisent de grands paniers en osier pour attraper le poisson. Cette technique n’est quasiment plus utilisée. Elle est remplacée par des techniques plus agressives comme éblouir le poisson de nuit pour pouvoir le capturer.

Avant de quitter définitivement le lac Inle, nous nous sommes arrêtés au temple Yan Shwe-Kgua. Joli temple en bois , ou nous avons eu la chance de voir un cours administré à des petits moineaux (ba oui les petits moines = les moineaux. Logique non ? :)). Moi j’ai bien aimé. ça n’a pas été l’avis de toute l’équipe ^^ car il est un peu délabré et toutes les parties ne sont pas accessibles.

Nous avons pris l’option taxi pour nous rendre à Kalaw. Nous étions 4 donc ça vallait vraiment le coup. Rapide, confortable et … sécuritaire dans les routes de montagnes.

La suite au prochain article 🙂

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply