De la bande de Caprivi au Botswana

Nkasa Rupara Park 

La bande de Caprivi est un tout petit espace coincé entre l’Angola et le Botswana. Elle a été fortement marquée par la guerre avec l’Angola qui s’est terminée en 2002, laissant des stigmates dans le développement de la région mais aussi dans sa faune. Le braconnage a fait beaucoup de ravages et les parcs commencent seulement à retrouver leurs populations d’animaux. Certains sont d’ailleurs en passe de devenir grandioses (ils valent déjà le détour) comme le Mahango parc ou le Nkasa Rupara Parc. Je vous en parle après.

Nous voilà pommés dans la bande de Caprivi. Trouver le camping et le parc n’a pas été simple. On s’est perdu plusieurs fois entre les chemins de sable qui se ressemblent tous. Et finalement, nous y voilà, au camping Livingstone Lodge en bordure du Nsaka Rupara Park. Le camping en lui même est une aventure. On y reviendra plus longuement mais pour le moment nous sommes accueillis par le proprio et amenés jusqu’à notre campement qui dispose de ses propres toilettes et douches. On est isolé, seul au monde et ça fait du bien . (Mais déja à ce moment là je repère le petit point d’eau qui se trouve à 3m du campement ^^)

Pause repas rapide et on part à l’aventure.

Je vous l’avais dit, jusque là, la voiture c’était facile. On a utilisé le mode 4×4 une fois 15 min. Tranquille. Mais là ça se gâte. Arrivés à l’accueil du parc, la dame nous demande de suite si on sait conduire sur le sable. « Heu .. Yes ..well ..a bit .. ». Vachement convaincus les deux compères … Clairement on ne passe pas le test. Elle prend la carte du parc et commence à nous montrer où nous ne pouvons pas aller. 90% du parc nous est inaccessible. Soit à cause de l’eau, soit à cause du sable. Super …

Pour le premier jour on ne fait pas de folie. Il nous reste seulement deux heures. On est sage et restons dans les sentiers battus. C’est la première fois que nous sommes un peu déçus. On aperçoit vraiment pas d’animaux si ce n’est des phacochères et des Zazous (mais si l’oiseau dans le Roi Lion). Pas un éléphant ou un hippopotame alors qu’on a croisé des troupeaux d’éléphants sur la route entre Rundu et ici.

On nous avait vendu un petit Delta de L’Okavongo … mais y a pas d’eau ˆˆ

On rentre un peu bredouille.

La nuit tombe … et là je commence à flipper un peu.

On ne voit pas plus loin que le faiseau de notre lampe = à 2m. Il y a beaucoup de bruits autour de nous et maintenant qu’il fait nuit, le point d’eau si mignon en pleine journée me fait craindre les pires agressions.

On finit de manger et on grimpe rapidement dans la tente. A l’abri. On entend depuis tout à l’heure un gros bruit mais on se convainc que ce n’est qu’un phacochère. On rigole. Allez le pire qu’il puisse nous arriver c’est les éléphants et on les entendra arriver. Aucun problème.

GRRRR! Le gros bruit se rapproche. C’est pas un phacochère …On prend notre courage à deux mains, ouvrons la tente, essayons de voir quelque chose … On distingue un gros truc au loin, c’est gris. On croise les doigts et là CRAC! Bon là on en est sûr c’est des éléphants. On reste sagement dans la tente. Ils passent. Je mets mes boules quies et m’endors. Pas Clément qui est réveillé 1H après par le boucant des éléphants.

Au réveil le lendemain, on voit les traces à 1m de la voiture … Drôle d’aventure. 🙂 

On part pour le parc et on se dit que c’est bête quand même que le parc nous soit si peu accessible. Ok l’eau nous bloquera mais le sable … On peut quand même essayer. On prend la décision d’avancer et si on voit que c’est trop dur on fera demi tour.

Et on a bien fait ! On découvre des paysages aquatiques qui changent des paysages si arides vus précédemment. Et enfin, nous faisons la connaissance des hippos et des buffles !

On rentre super contents. Et le soir on allume un feu (hé pas con !). Nous aurons juste la visite d’un hippo mais bien à l’abri dans la tente, on apprécie le moment.

Le Botswana : Chose Riverfront 

Le lendemain matin nous partons direction le Botswana et le Chobe National Parc.

Petite erreur dans le logement j’ai réservé le camping coté Namibien.

En même temps, le camp s’appelle le Chobe River Camp. Avouez qu’il y a de quoi se tromper  Je suis un peu énervée, ça nous fait perdre du temps et ça nous obligera à passer la frontière tous les jours. J’ai envie d’annuler et de trouver autre chose coté Botswana. Mais il est déjà 15h. Le camping est vraiment magnifique, en bord de rivière. Nous avions une nuit en camping et une nuit en lodge de luxe. Après discussion avec la réception, ils acceptent d’inverser les nuits : nous dormons donc la première nuit en lodge et la deuxième nuit qui devait être le camping est annulée (car moins cher) et nous dormirons côté Botswana, à Kasane.

Nous passons donc la frontière.

Le passage de la fontière dans un sens ou dans l’autre est assez facile. Il peut juste prendre un peu de temps.

Côté Namibien : il vous faudra remplir le questionnaire d’immigration à l’entrée et à la sortie. Si vous traversez la frontière plusieurs fois, prenez les feuillets avec vous et préremplissez les. Cela vous fera gagner un peu de temps.

Côté Botswana : Pas besoin de visa pour les européens mais vous devrez vous aquittez des frais de douane si vous avez votre propre véhicule. C’est 5/6 euros payable en cash (en monnaie namibienne ou botswanienne) ou avec la CB. Vous devrez aussi faire passer la voiture dans une solution saline et marcher dedans avec vos chaussures pour la fière aphteuse.

L’entrée du parc côté « Chobe River Front » est 500 m après la frontière (pas en direction de Kasane).

Sur 2 km c’est du sable. La route est vraiment mauvaise. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec la conduite sur le sable, il vaut mieux que vous rentriez par l’entrée de Kasane qui est beaucoup accessible. Vous pouvez aussi réserver un safari. On s’est fait un peu peur au premier passage. Ca a bien secoué (on a cassé du verre dans le frigo).

Mais vous ne le regretterez pas ! Le chemin longe ensuite la rivière et c’est époustouflant. C’est ma partie préférée du voyage. Pour les fans d’oiseaux, vous serez au paradis. Elephants par milliers (sans exagération), hippos, crocos, buffles, antilopes … C’est bluffant.

Encore une fois je laisse les photos parler et j’arrête d’écrire 🙂

Nous passons deux heures dans le parc et rentrons car nous devons repasser la frontière. Dodo dans le plus beau lodge qu’on ai eu. Reveillés avec le levé du soleil sur la rivière. Le tout en direct de sous la couette.

Départ un peu tardivement dans la matinée pour le Botswana. On passe encore la frontière.

Nous avons prévu de passer la journée à traverser le parc, d’en ressortir complètement à l’opposé, coté Kasane et de dormir là bas.

C’est simple on a eu le parc pour nous tout seul presque tout le temps.

On a croisé la première voiture à 16h. J’ai adoré du début à la fin. Le parc est beau, il y a beaucoup d’animaux et beaucoup d’oiseaux assez drôles. C’est vraiment le plus beau parc du voyage.

Tout était calme et paisible quand tout à coup … Ruée d’éléphants.

On ne va pas se mentir les petites « frayeurs » qu’on a pu avoir avec les animaux étaient toutes avec des éléphants. Il y a environ 70 000 éléphants au Botswana et environ 20 000 rien qu’à Chobe. Et à 16h ils font quoi les éléphants? Ils vont se baigner ! Tous en même temps, en famille et au pas de course !

Du coup, on s’est retrouvé coincés entre plusieurs familles qui n’aimaient pas trop qu’on soit sur leur chemin et nous le faisaient comprendre. Ouverture des graaaaandes oreilles, rugissements … Le message passe 5/5. Mais on est entouré, la route n’est pas super bonne … On serre un peu les fesses …’Heu Clément à droite ! Recule ! Avance !  »

On a joué à cache cache éléphants pendant une bonne heure. ˆˆ On a dû en croiser 500 je pense dont un énorme rassemblement de 200/300 éléphants.

A partir de 17h ça devient la folie dans le parc, il y a des animaux partout : hippos qui sortent de l’eau, éléphants à droite, à gauche, girafes … dans une superbe lumière.

Dodo à Kasane où nous réservons une balade en bateau sur la rivière pour le matin. Ca nous a coûté 50 euros à deux pour avoir notre petit bateau privé durant 3h.

 On a apprécié ne pas être en voiture. Et pouvoir observer les éléphants de loin, sans craindre de les voir débouler !

Et mes petits chouchous 🙂 

Et c’est déja la fin du voyage au Botswana.

Nous partons pour le Zimbabwe (et ses désagréments ˆˆ)

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply