Valises posées : Au Chili

La vallée de l’Elqui et Coquimbo

Le Chili ça se mérite ! 18h de vol au départ de Paris en passant par Madrid.

Après une brève escale par Santiago du Chili nous voilà partis pour La Serena. La liaison se fait en 7h de bus. Nous passons par de beaux paysages désertiques qui donnent une ambiance lunaire.

La Serena est la deuxième plus ancienne ville du pays. L’ambiance osille entre l’authenticité et le renouveau. La Serena est surtout connue pour ses plages gigantesques, lieu de villégiature des Chiliens en été.

Le lendemain nous partons visiter la vallée de l’Elqui. C’est ici qu’est en grande partie fabriqué le pisco, ce fameux alcool chilien. C’est aussi l’un des meilleurs endroits pour l’observation des étoiles.

Si vous souhaitez réserver une observation des étoiles, réserver en avance. Nous on s’est fait avoir ^^

Nous avons loué des vélos à la journée et c’est parti pour la découverte d’une partie de la vallée.

Tout au long du chemin 

Visite d’une fabrique de pisco et dégustation de bières artisanales.

Premier mur de couleur <3 


Coquimbo est un ancien port de pêche qui se trouve en face de la Serena. Il est possible d’y visiter son marché aux poissons et les rues alentours sont animées, avec quelques restau assez « bobo ». Mais nous ce qu’on a préféré c’était la rencontre avec les (odorants) lions de mer qui attendaient gentillement les restes du marché et les nombreux pélicans.

C’est le bon plan pour déguster les fameux ceviches chiliens. Ce sont des « salades » de poissons crus fraichement péché.

Le marché et ses étalages de Ceviche  

Valparaiso : street life

Valparaiso, comme tu es inconséquente .. tu n’as pas peigné tes cheveux, tu n’as jamais le temps de t’habiller, tu t’es toujours laissé surprendre par la vie » Pablo Neruda.

Deuxième ville du pays, elle est aussi classée « Patrimoine Mondial » par l’UNESCO. Et à raison ! Chaque coin de rue, chaque ruelles, chaque murs enchantent les yeux. C’est une palette de couleurs. La ville est en grande partie « taguée ». Des graphes tous plus beaux les uns que les autres.

Le « bas » de la ville est encore très marqué par l’histoire portuaire. On s’imagine très facilement 200 ans en arrière, les marins débarquant dans le premier grand port après avoir passé le cap Horn. Les hauteurs sont plus résidentielles et bourgeoises.

Nous nous sommes attardés dans cette ville plus que prévu car c’est simple … on a adoré !!!

Le soir nous sommes descendus vers le port et avons retrouvé nos amis pélicans et lions de mer.

Le lendemain nous avons encore passé la journée à se balader et observer chaque murs au rythme de la ville.

Petit tour en voiture autour de Valpo

Après avoir passé deux jours à Valpo, on a de nouveau la bougeotte. Nous louons une voiture et partons à la découverte des environs.

Nous roulons pour la vallée de Casablanca. C’est une jolie région viticole. Il est possible d’y visiter plusieurs exploitations.

Mais d’abord petit détour par Quintay. Petit port de pêche entouré de caillasse. C’est très mignon et on mange divinement bien … poissons, fruits de mer, toute la mer dans votre assiette.

Arrivée dans la vallée de Casablanca. Bon … On ne va pas vous le cacher nous adorons le vin. Nous ne résistons pas à l’envie de découvrir le vin chilien. Nous nous sommes arrêtés dans l’exploitation Casa del Bosque qui propose une visite suivie d’une dégustation. Les vignes à notre grande surprise ne sont pas chiliennes mais italiennes et les tonneaux sont français. Visite sympa, sans grande originalité sauf quand la guide nous explique qu’ils rajoutent du blanc d’oeuf dans le vin.  Nous lui avons fait répété 10 fois pour être sûr de bien comprendre .

Évidemment nous voilà partis avec 4 ou 5 bouteilles 🙂

La nuit arrivant nous roulons vers El Quisco pour y passer la nuit dans un hôtel glauque des années 60 mais qui a une vue magnifique sur la baie.

Nous n’avions pas choisit de nous arrêter à El Quisco par hasard. (On est rusés ). Après avoir profité de la plage et revus nos amis les pélicans, rendez vous est pris avec l’un des personnages les plus connus du Chili : Pablo Neruda.

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui même » Pablo Neruda.

Né en 1904, Pablo Neruda est un brillant écrivant et poête mais aussi un politicien. Il est tour à tour consul à Rangoon, puis Colombo, Batavia etc. jusqu’en 1935 ou il devient consul en Espagne au moment ou éclate la guerre civile. Après le putch de Franco il se fait avocat de la République d’Espagne. Résolument communiste il s’oppose au président chilien Gonzales Videla qui fait interdire le parti communiste. Pablo Neruda est contraint à l’exile et part tour à tour en Europe, ASie et Amérique. Il publie en 1950 son oeuvre majeure : « Le chant général ». Pablo Neruda retournera au Chili en 1952 où il déclinera la course à la présidentielle en 1969 au profit de Salvador Allende. En 1971 il reçoit le prix Nobel de Littérature. Il meurt en 1973 peu après le putsch de Pinochet.


Pablo Neruda, pour ma part, je l’ai découvert en visitant le Chili.

Son nom me parlait mais je ne savais pas du tout qui il était. Nous avons visité deux de ses maisons : la Isla Negra et et la Sebastiana à Valparaiso. Les deux maisons sont complétement loufoques. Il y a des objets étranges partout. Les maisons en elles même valent vraiment le détour. Originales, bien placées (soit vue mer soit vue sur Valparaiso), elles nous amènent dans l’univers du poète et nous font voyager. On y découvre également les lubbies de l’auteur : Pablo Neruba buvait dans des verres de couleurs car l’eau avait meilleur goût. Des petites choses comme cela 🙂

Malheureusement photos interdites, je ne peux pas partager cela avec vous. Une seule solution : allez y ! 

Et on retourne à Valpo 

Les deux derniers jours nous nous sommes reposés, pris beaucooooooup de photos et visités la maison de Pablo : la Sebastiana.

Et c’est la fin. Retour à Santiago pour notre avion.

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply