Valises Posées : Au Tamil Nadul

Préparation au voyage

Partir en Inde, c’est se balancer entre la bazar ambiant et le charme de la vie indienne. Pour l’organisation du voyage c’est pareil : facile car notre pouvoir d’achat nous permet de faire beaucoup de chose, et difficile à organiser sans être sur place (allez réserver un trajet en bus sur internet ^^).

J’ai donc décidé de ne pas décider .Nous avions des endroits ou nous voulions absolument aller (Hampi par exemple) et le reste nous avons improvisé. J’étais déjà allée en Inde (Kerala) mais c’était la première fois pour Clément.

Il est aussi nécessaire de faire quelques petits choses avant de partir : vaccins, trousse à pharmacie, garde robe …

Tout droit vers Hampi

J’avais vu des photos de la cité d’Hampi dans un magazine lors d’un précédent vol. C’était depuis devenu une mini obssession d’y aller  sauf que Hampi c’est au milieu de nul part.

Les deux premières journées de notre voyage ont consisté à rejoindre Hampi. Nous avons atteri à Chennai et enchainé avec un vol pour Bangalore. Après une petite nuit à Bangalore (la silicone vallée indienne) nous avons trouvé un bus local qui partait pour Hampi … 10h de bus  … un beau bus indien sans suspension et sans confort.  On a adoré passer comme ça de village en village.

Nous sommes arrivés de nuit, la ville était complétement endormie … pas facile de trouver un hôtel. Mais on a eu de la chance, et on est super bien tombé.

Au réveil, nous voila partis à la conquête d’Hampi et son empire perdu. Nous avons réservé une visite en vélo avec un guide pour passer de temple en palais.

Hampi est classée au patrimoine de l’Unesco. Pendant plus de deux siècles Hampi fut un empire florissant (entre le 14eme et le 16eme). La ville se dresse sur des formations rocheuses presque roses et est entourée de rizières. Le site compte 3700 monuments. Vous verrez plusieurs types de monuments dont le magnifique temple de Virupaksha, les bains de la reine où le « garage » à éléphant.

J’ai adoré Hampi. Les monuments historiques sont impressionnants mais la ville en elle-même est vraiment chouette. On est au milieu de nul part … et ça fait tellement de bien.

Goa la pluvieuse

Nous sommes ensuite retournés à Bangalore et avons pris un avion pour Goa.

Aller au mois d’août en Asie c’est toujours jouer un peu avec la mousson et clairement là on a perdu. Il n’a fait que pleuvoir. J’étais déjà venue à Goa en mars, trois ans auparavant. La ville n’avait pas du tout le même air. On a fait des choses que nous n’aurions pas faites si il ne pleuvait pas : aller au cinéma par exemple. Super expérience : les gens se lèvent pour l’hymne du pays au début de chaque film et perso j’adore les films Bollywood 

Cette ancienne colonie portugaise ne ressemble à aucun autre endroit que j’ai pu visiter en Inde. L’influence portugaise est encore très présente que ça soit dans les églises blanchies à la chaux ou les anciennes bâtisses coloniales.

C’est aussi un ancien haut lieu de la culture hippies et une superbe station balnéaire.

Nous avons logé à Panaji. Quelques monuments sympas et beaucoup de vie.

Et nous avons aussi visité old goa. Old Goa c’est l’ancien centre historique de Goa. La ville a du être déplacé suite à une épidémie de Choléra. Les bâtiments sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Belur et Haleibid

Dans notre guest House de Goa, nous avions rencontré un couple qui revenait de Belur et Haleibid et qui nous a donné très envie d’y aller. Nous voilà partis en bus pour Belur. Arrivés sur place nous tentons de trouver un hôtel. Pas facile car la ville n’est pas très touristique. Une fois les affaires posées nous commençons à faire le tour de la ville avant la nuit, au son de la musique du temple, centre de la ville.

La construction du temple de Belur à pris plus de 100ans. Le temple est encore en activité avec des prières à 8h45 et 18h45. La ville en elle même n’a pas d’intérêt. Une journée de visite pour les deux sites suffit.

Le lendemain nous prenons les services d’un guide pour mieux faire le tour de la ville et comprendre ces temples. Je n’ai jamais vu des temples sculptés aussi finement. C’est absolument magnifique.

Le temple d’Haleibid a été construit en 200ans ! Prenez le temps de faire plusieurs fois le tour pour admirer toutes les gravures.

Le guide me semble indispensable car nous avons pu apprendre plein de choses sur l’Hindouisme et l’histoire de l’Inde. Cela nous a aussi éclairé sur des éléments intrigants des temples … comme les représentations de kamasutra sur les murs. Nous n’aurions pas vu tout cela sans.

Mysore la royale

Étape à Mysore pour visiter le palais des Maharajas. Un des plus beaux d’Inde. Mais honnêtement hormis le palais et le marché, Mysore n’a présenté que peu d’intéret.

Le palais est absolument splendide : fastueux et richement orné. Vous passerez de salle en salle et d’étonnement en étonnement. Le palais d’origine a été en grande partie détruit par un incendie en 1897 et rénové jusqu’en 1912.

Le marché est assez grand et propose toute sorte de produits. Des fruits, des légumes, des fleurs et des objets made in china. Mysore est très réputée pour ses articles en bois de santal et son encens.

Le temple vivant de Madurai

Madurai ça restera à jamais une expérience inoubliable.

Ancienne ville commerçante au passé glorieux, c’est une des plus vielles cités d’Inde. Les visiteurs viennent surtout pour son temple dédiée à Sri Meenakshi.

Le temple de la ville est encore très actif et est très grand (la preuve il y a un éléphant dedans !). Nous avons eu la chance d’assister à des rites réalisés par le bramane. Il s’agissait de déplacer Shiva (une figurine) dans la chambre de Parvati (sa femme) pour qu’ils puissent passer la nuit ensemble. Ce rite à lieu tous les soirs sauf les soirs ou Parvati à ses règles (et oui ça rigole pas). Tout cela à grand coup d’encens, de chants et de danse. Nous étions des centaines à assister au « show ».

Madurai c’est aussi la ville ou nous avons passé le 15 août, fête nationale en Inde. Nous avons été visiter le musée de Gandhi (il s’y trouve notamment la toge ensanglantée qu’il portait le jour de son assassinat). On s’est fait des copains au passage.

Mais le 15 août c’est aussi l’anniversaire de Clément. Nous avions prévu de réserver un bon restaurant et de boire une bonne bière. Que nenni ! Alcool interdit le jour de la fête nationale ! (Pour nous français, qui ne savons fêter le 14 juillet qu’avec un verre de rouge, ça surprend :)).

C’est aussi dans cette ville que nous avons fait un des tests culinaires dont je ne me pensais pas capable. Cela ne concerne pas forcément ce qu’il y avait dans l’assiette, mais l’assiette en elle même et le lieu 🙂 J’avoue qu’en Inde, je fais extrêmement attention à ce que je mange (surement trop car c’est un pays ou je n’ai jamais été malade) et je ne mange pas de viande. Nous cherchions un restaurant pas trop cher, ou nous pourrions manger sur le pousse. Et je ne sais plus comment nous en arrivons là, mais nous voila assis en face d’une espagnole et d’une française dans un espèce de restaurant ouvrier avec pour assiette : une feuille de bananier ^^. Je crois que le serveur à voulu être sympa et a installé les étrangers à la même table :). Le plat est unique, servit à la louche, dans de grandes bassines qui dégoulines et n’inspirent pas confiance. Le repas est super sympa, on sympathise avec les filles et discutons un peu avec certains hommes présents dans le restaurant.

Et finalement pas le moindre bobo. C’était bon, on a payé 50cts le repas et nous sommes tous en bonne santé ^^ Bonjour les chochottes.

Après trois jours passés sur place, nous repartons pour un long trajet en bus jusqu’à Pondichery.

Le comptoir de Pondichery

Qu’est ce que c’est joli Pondichery. Si français aussi. Colonial. C’était un peu une étape à part du voyage. Ca n’avait rien à voir avec les villes visitées jusque là. Une parenthése qui en fin de voyage fait du bien, notamment d’un point de vue culinaire : croissants, pain, pâtes … ho joie de manger autre chose qu’un Byrianie ou un naan. (J’adore la cuisine indienne mais au bout de trois semaines, le pain et le fromage me manque). On a même trouvé des Gouglofs (origine Alsacienne oblige 🙂 )

Pondichery c’est un ancien comptoir français et du coup … les indiens parlent aussi français !

On a aussi amusé la galerie, avec de nombreux indiens qui ont souhaité posé avec nous. Du coup, nous aussi ont a pris nos photos souvenirs 🙂 J’ai jamais trop compris à quoi servait nos photos ^^

En conclusion, il n’y a pas grand chose à voir ou à faire à Pondichery. Mais il est très agréable de s’y promener et d’y séjourner quelques jours pour le calme du lieu.

Fin de voyage à Mamallapuram

Dernière étape, détente celle ci dans la ville de Mamallapuram. Ambiance un peu Hippie. Visite des monuments classés par l’UNESCO, balade au bord de la mer, on profite des derniers jours avant le retour à Chennai pour attraper notre vol.

Les monuments sont très anciens, certains datent du 8eme siècle. D’autres ont été sortis de terre suites au tremblement de terre de 2006 et au tsunami qui a touchés les côtes indiennes. Il y en a un peu partout, même sur la plage. La balade est chouette.

C’est aussi là que nous avons le plus profité de la plage (sans se baigner car trop de courant) et des vaches 🙂

Et c’est déjà la fin. retour à Chennai et en France !

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply