Kampong Cham et Kratie : l’Est du Cambodge en dehors des sentiers touristiques

Dans cet article, je vous emmène dans les endroits qu’on prend rarement le temps de visiter lors d’un voyage au Cambodge. Eclipsés par Angkor et Kampot, ces deux villes sont pourtant des étapes que nous avons adorées. Prêt pour la découverte ?

1- Kampong Cham

On commence par Kampong Cham. Tu n’en as jamais entendu parlé ? Hé bien nous non plus avant de voir qu’elle se situait idéalement sur notre chemin vers Kratie.

Deux « attractions » majeures : son pont en bambou qui est construit à chaque saison sèche et détruit à chaque saison des pluies. Et la petite île de Koh Samraong, qui se trouve au bout du pont :).

La ville est elle même n’a rien d’incroyable. Toutefois, nous avons pris beaucoup de plaisir à dormir chez l’habitant, arpenter le quartier en vélo et observer les scènes de vie de fin de journée, même si certaines étaient un peu étranges : notamment quand le voisin décide de cuire un chien au barbecue …

Une journée suffit à la découverte de la ville. Loue un vélo et pars à l’aventure.

Premier arrêt la pagode Nokor Bachey. Un petit air Angkorien qu’on était super content de retrouver. Après la tentative de bakchich la plus ridicule du monde (même cet arnaqueur de flic corrompu n’y croyait pas lui-même), nous pénétrons GRATUITEMENT dans le temple.

La visite est rapide, on est seul dans le temple.

Nous nous dirigeons ensuite vers l’attraction majeure : le pont en bambou. Il faudra payer environ 1 euro aller et 1 euro retour pour la traversée.

Le pont est assez long, ça craque, ça bouge, c’est la première fois que je vois ça. J’adore.

On traverse jusqu’à l’île de Koh Samraong.

La balade en vélo est superbe. On passe de village en village. Les enfants sortent de l’école et nous font coucou. Les maisons sur pilotis sont plus jolies les unes que les autres. Il y a une petite ambiance caraïbe très cool.

On déambule entre les plantations de maïs, les temples, les poules. Une journée juste à ouvrir nos yeux et profiter .

Conseils : N’y va pas en scooter. Le vélo est la meilleure des façons de découvrir l’île. Il faut prendre son temps, écouter, voir, sentir. Et pour les estomacs sur pattes (comme moi), il est bon de savoir que tu ne peux pas manger sur l’île. Il n’y a pas de restaurant. Tu peux par contre y loger mais les guesthouses ne donnaient pas franchement envie …


2- Kratie

Quand j’y repense, qu’est-ce-que c’était bien Kratie. Clairement on y vient pas pour la ville (même si son marché est sympa), qui est sans charme bien que …

  • On a dormi dans une super guesthouse qui est également une école d’hôtellerie. Le concept nous a beaucoup plus et cela est assez fréquent au Cambodge. Les élèves viennent de milieux défavorisés. Ils y apprenaient les métiers de l’hôtellerie, de la restauration, l’anglais. On y a passé un très bon moment. Pour ceux qui seraient intéressés il s’agit du Tonlé Guesthouse
  • On y a très bien mangé. Du buibui de rue, au café en passant par les restaurants traditionnels tout était super !

Il y a deux choses que tu dois absolument faire si tu viens à Kratie : te rendre en Kayak sur le Mékong pour faire un coucou aux dauphins de l’Irrawady et dormir sur l’île de Koh Trong.

Journée Kayak à la rencontre des dauphins de l’Irrawady

Les dauphins de l’Irrawady sont une espèce en danger critique d’extinction. Aux alentours de Kratie il en reste environ 80. Ils sont apparentés aux orques.

Pour aller à leur rencontre il y a plusieurs possibilités. Mais on ne pourrait que vous conseiller d’y aller en kayak et de laisser de côté les bateaux à moteur plus polluants.

Le Cambodge est peut être le pays le plus « sale » que j’ai visité. Il y a en effet énormément de déchets, de plastique, partout. Nous n’avons pas vu un seul camion poubelle non plus. Au Cambodge, comme dans beaucoup de pays asiatiques que nous avons visité, il est encore commun de voir les gens jeter les déchets dans la rue. Toutefois, j’essaye aussi de garder un oeil critique sur ce sujet. Juste pour situer : le Cambodge à une émission de CO2 de 0,4 tonnes par habitant en 2014, là ou la France a un taux de 4,6. Donc oui leur pollution est visible. Mais je trouve un peu déplacé les commentaires que j’ai pu entendre de la part de certains touristes.

Ceci étant dit, tu sais maintenant pourquoi tu vas utiliser tes petits bras sur un kayak 🙂 Il est très facile de trouver un prestataire. Nous sommes passés par Dolphin Kayaking Adventure. Le prix varie en fonction du nombre de personnes inscrites. Nous étions un groupe d’environ 10 kayaks et avons payé 18 euros par personne. Est compris dans la prestation : Le transport en Tuk Tuk jusqu’au ponton de départ, le retour, la demie journée de kayak avec un petit déjeuner léger et les accessoires (gilets de sauvetage, sac de protection étanche). On recommande vraiment c’était chouette (ça ne nécessite pas d’être kayakiste professionnel pas d’inquiétude).

D’après notre guide il est très facile d’apercevoir les dauphins. Après deux heures de kayak, on entend enfin le souffle des dauphins. C’est assez émouvant. Nous ne sommes pas très nombreux à les observer chasser. Ils n’ont pas l’air très perturbés de notre présence et continuent leurs vas et viens de chasseurs.

Une nuit chez l’habitant sur l’île de Koh Trong

Surement le logement le plus typique qu’on ai fait au Cambodge. Enfin une vraie Guesthouse !

Nous avons débarqué en fin de matinée. Il faut prendre un traversier depuis Kratie, environ 15 min de bateau pour 70 cts par personne sans les vélos. Nous sommes accueillis par la maman qui ne parle pas un mot d’anglais mais nous installe confortablement sur la terrasse et nous offre un pomelo tout frais cueillit du jardin.

Elle met ensuite à notre disposition des vélos et c’est parti pour le tour de l’île. L’île est superbe, il y a des arbres fruitiers partout : des mangues, des papayes, des pomelos …

Le tour se fait en une demie journée.

Le soir nous rencontrons les personnes qui partagerons notre guesthouse. Nous sommes privilégiés, nous avons la petite chambre fermée 🙂 Le reste de la maison se transforme en dortoir : les draps sont tendus pour faire des petits espaces d’intimité et les lits sont posés sur le sol. De vraies petites cabanes. Le père de la maison a également transformé la table basse de la cuisine en lit pour sa nuit.

Les maisons traditionnelles cambodgiennes sont sur pilotis. Sous la maison, il y a la basse court (poules, coqs, chiens, cochons). La maison est ensuite composée d’une grande pièce à vivre qui se transforme en chambre le soir. Les matelas sont déplacés dans la journée. Au fond, se trouve une grande cuisine et la salle de bain. Les pièces ne sont pas vraiment affectées à une tâche et il y a peu de mobilier dans les maisons. On peut aussi espionner tout ce qui se passe en dessous de la maison en regardant entre les lattes du plancher 🙂

En attendant que le repas soit prêt nous nous installons avec le papa pour regarder un match de foot de la Asian Cup. C’est marrant.

Nous partageons ensuite le repas avec le fils (c’est lui qui s’occupe de la guesthouse). Le repas est incroyablement bon. On a regretté de ne pas être resté plus d’une nuit.

Pour ceux qui seraient intéressés la guesthouse se trouve sur Airbnb sous le nom de Pomelo Guesthouse.

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply